18.5.11

ALIVE.






NEWS



En cours de préparation et production :

ROAD TO NOWHERE

Projet de marche performative.

Départ de Malakoff à pied, seule, jusqu’au Havre.

Traversée de l'océan en cargo jusqu’à New York.

Puis marche jusqu’à Nulle part (Nowhere, Oklahoma).

2800 kilomètres en marchant et environ 10 jours sur l’océan.

Environ 5 mois de marche, de collectes, de rencontres, d’écriture,

de prises de vues photographiques et vidéographiques.


Un onglet est consacré au travail autour de la marche sur ce blog.

Avec les marches préparatoires au projet :


Marcher jusqu'au Bout du monde

Pas dans la dentelle

En contresens sur le Chemin des glaces (Paris - Munich)

Aller Quelque part.





Projet soutenu par la maison des arts centre d'art contemporain de Malakoff,
la Fondation Antoine de Galbert,
le FRAC Bourgogne,
l'association La Belle Epoque,
La Station Mir - Festivel Interstice,
l'Artothèque de Caen.




Pour soutenir le projet, portez un badges ROAD TO NOWHERE !
Prix libre, commande en mp.

*

Exposition

NO FOUTUR

(collages et photographies de Lydie Jean-Dit-Pannel)
Galerie L'Isolée, Villeneuve d'Ascq
Du 23 octobre au 21 décembre 2020





*

L'exposition

ALIVE. (une rétrospective)

au Musée des Beaux-Arts de Dole
est déconfinée depuis le 19 mai.
Ouverture du mardi au samedi de 14h à 18h 
fermeture les lundis, dimanches et jours fériés et tous les matins.
Exposition visible jusqu'au 31 août.




*

Des nouvelles de l'exposition rétrospective confinée.
au Musée des Beaux-Arts de Dole.
Texte de Amélie Lavin, directrice du Musée, 15 mai 2020.


Lydie Jean-Dit-Pannel 

ALIVE, une exposition confinée

Depuis le 16 mars dernier, le musée de Dole est fermé au public pour cause de pandémie mondiale.
Depuis ce jour, l’exposition Lydie Jean-Dit-Pannel ALIVE. est, elle aussi fermée, confinée comme nous l’avons été toutes et tous pendant ces longues semaines. Aujourd’hui, nous retrouvons contact avec le monde extérieur et notre musée, bientôt, pourra rouvrir ses portes, et l’exposition ALIVE avec lui. La période étrange que nous traversons actuellement est difficile à vivre pour beaucoup d’entre nous, et comme souvent dans les moments où il est complexe de donner du sens à ce qui advient, l’art et les artistes nous aident à redonner de la poésie, de la forme, de l’intelligence, à un réel qui peut en sembler dépourvu. Le titre que Lydie Jean-Dit-Pannel a choisi pour l’exposition rétrospective de Dole, ALIVE, nous frappe avec d’autant plus de force aujourd’hui, où le monde entier compte ses morts quotidiennement, certes, mais o, aussi,  nous sommes toutes et tous tendus vers notre présence au monde jour après jour, notre envie de vivre, nos espoirs d’en sortir bien vivantes et vivants, toujours là, debout, ensemble. L’exposition ALIVE, que vous pourrez bientôt venir voir ou revoir, est consacrée à l’œuvre que l’artiste Lydie Jean-Dit-Pannel construit depuis plus de trente ans. Trente ans de travail et de vie, confinés au musée de Dole depuis de longues semaines. 
Artiste engagée dans une œuvre poétiquement politique, Lydie Jean-Dit Pannel est une voyante, au sens où Rimbaud parlait des poètes voyants : celles et ceux qui voient, avant nous, ce que nous n’arrivons pas à saisir. Voyageuse dans le monde entier, elle collectionne les rencontres, les histoires, les objets, les images qui dessinent ses obsessions : l’amour, la poésie, la beauté du monde et de la coexistence des espèces qui l’habitent, la violence des systèmes inventés par l’homme, les rapports parfois toxiques que l’humanité construit avec tout ce qui l’entoure, et qui, aujourd’hui, mènent à la croissance folle, à la violence sociale, à la perte de sens, à la destruction de certains écosystèmes, à la disparition des oiseaux, des abeilles, à l’apparition de maladies folles, de pandémies comme celle que nous vivons actuellement. Alors, en ces jours fragiles et incertains, les oeuvres de Lydie Jean-Dit-Pannel paraissent prémonitoires, elles semblent épouser l’étrange réalité du monde actuel avec encore plus d’acuité et de force. Elles nous aident, nous bouleversent, nous dérangent davantage, sans doute.
Mais nous avons besoin en ce moment, plus que jamais, d’être bouleversés, dérangés, de voir le monde avec lucidité et intelligence, mais aussi d’être aidés, de pouvoir continuer à le rêver ce monde, et à le ré-enchanter. A imaginer d’autres lendemains.
C’est à cela que Lydie Jean-Dit-Pannel vous invite. 



*

La performance / lecture
RUDERALE.
est éditée en cassette !
50 exemplaires numérotés. 12 euros. (frais de port inclus, commande en mp)

Rudérale.
Lecture / session de tatouage / live 4 titres de I Apologize Redux
(Gauthier Tassart & Jean-Luc Verna)
maison des arts centre d'art contemporain de Malakoff
22 novembre 2019
Lydie Jean-Dit-Pannel lors d'une lecture de ses textes de voyage et de lutte,
ponctués de live de I Apologize Redux,se fait encrer son 47éme papillon monarque par Jimmy de Big Bad Wolf Tattoo (Malakoff).Après Québec, Nîmes, Paris, Dijon, Londres, San Francisco, Las Vegas, Cheyenne, Genève, Marseille, Caen, Copenhague, Paris, Mexico, Acapulco, Madrid, Budapest, Dijon, Merida, Chiang Mai, Bangkok, Karlsruhe, les 20 ans du Wharf, Cape Canaveral, Miami, Bourges, Belfort, Tokyo, Kuching, Kuala Lumpur, Montréal, Mexico, Gdansk, Almeria, Roswell, Los Angeles, Austin, Saint-Pierre (La Réunion), Xalapa, Hiroshima, Kiev, Paris, Moscou, Liège, Naples, et Vladivostok : Malakoff.
Une nouvelle aventure.



*

Le catalogue de l'exposition

ALIVE. (une réprospective)

au Musée des Beaux-Arts de Dole est disponible 
158 pages
Conception graphique : Atelier Tout va bien
Texte : Florian Gaité



*

Depuis le 1 mai 2020 et pendant 58 jours

 & a Fade to Grey 

est disponible sur Tënk, la plateforme SVoD (vidéo à la demande avec abonnement)
dédiée aux documentaires d'auteur.
Merci au Centre audiovisuel Simone de Beauvoir.

https://www.tenk.fr/restons.../-a-fade-to-grey.html




*

Mai 2020
Pendant le confinement, reprise avec Gauthier Tassart
de Always the sun des Stranglers.
Clip à visionner ici :





*

Juste avant confinement, double page sur l'exposition ALIVE. dans l'Est Républicain...



*

21 février - 24 mai 2020
Exposition 

Lydie Jean-Dit-Pannel ALIVE.

(une rétrospective)

Musée des Beaux-Arts de Dole.
 - EXPOSITION CONFINEE jusqu'à nouvel ordre -





Alive. Son titre sonne comme un cri. C’est un leitmotiv. Lydie Jean-Dit-Pannel fait de l’art pour chaque jour hurler qu’elle est en vie. Plasticienne, vidéaste et performeuse, elle met sa création au service d’un monde qui découvre ses infinies richesses au moment même où il risque de les perdre. Amoureuse de la nature, elle lance des alertes pour sortir ses contemporains de leur anesthésie, espérant qu’ils s’alarment avec elle de la disparition des animaux sauvages, des violences politiques et sociales ou de la menace du nucléaire. Son oeuvre est une lutte passionnée, offerte en partage, un cri du coeur fou et engagé qui célèbre la beauté du monde sans en occulter la violence. 
Pensée dans le prolongement de l’exposition "La Fin des jours" au Musée de Dole qui en constituait le prologue, la première rétrospective de l’artiste fait retour sur trois décennies de créations, de débordements et d’obsessions, durant lesquelles elle a parcouru le monde, accumulé mots, images et objets, rencontré des militants au coeur jaune et investi des territoires blessés. Entière et déterminée, elle sensibilise aux maux d’un monde sur lequel nous avons de moins en moins prise, tirant sa force de frappe de la simplicité de ses moyens d’expression. Sa poésie est frontale, ses couleurs vives, ses formes ludiques, ses matériaux sont modestes et ses références populaires : son adresse tape vite et fort, elle ne s’encombre d’aucun détour. La vie après tout s’éprouve dans la chair plus qu’elle ne se prouve dans de longs discours. Lydie Jean-Dit-Pannel a d’ailleurs fait de son corps le lieu de toutes ses métamorphoses. Ses combats tatoués dans la peau, elle est devenue tour à tour la femme-papillon et la guerrière Psyché, s’est identifiée aux héroïnes d’Alien et de King Kong, a pris la tête d’une armée de pâquerettes mutantes et parlé aux arbres du monde en entier. Un oiseau bleu dans le coeur, nourrie aux mots de Charles Bukowski, de Daniel Darc et de David Bowie, l’aventurière s’est imposée comme une artiste puissante et déterminée, résolument ancrée dans son présent, qui ne passe par l’autofiction que pour s’imposer dans la réalité.
No surrender. Ne jamais se rendre, ni abandonner. Combattre les forces destructrices d’un
capitalisme débridé comme la bêtise humaine qui l’autorise. Toujours trouver des raisons de croire en des lendemains qui déchantent, car ce qu’il y a de puissant dans la catastrophe, c’est quand celle-ci donne l’énergie de la révolte, quand elle force à prendre soin de ce qui menace de disparaître. Héritière de la beat generation, des anars du concept et de la contre-culture punk, Lydie Jean-Dit-Pannel tire sa rage de vivre de la menace qui pèse sur l’existence, comme s’il s’agissait de trouver la vie dans la mort et dans l’art un moyen d’y résister.


Florian Gaité


*

25 septembre - 15 décembre 2019
Exposition 

"ET SUR LES BLéS EN FEU

LA FUITE DES OISEAUX"

Lydie Jean-Dit-Pannel & Gauthier Tassart

maison des arts centre d'art contemporain de Malakoff



À cette occasion sort un disque vinyl hybride, 
une face picture, une face noire gravée avec une reprise de
"What a wonderful world",
chant Lydie Jean-Dit-Pannel, arrangements Gauthier Tassart.
300 exemplaires numérotés.
(disponibles le temps de l’exposition à la Maison des Arts de Malakoff ou en MP)



3 rendez-vous durant l'exposition :

dimanche 6 octobre à 15h
Visite Désenchantée vs. Enchantée, par Lydie Jean-Dit-Pannel

Lydie Jean-Dit-Pannel propose deux visites commentées successives de l'exposition.
Dans un premier temps les pièces sont abordées de façon sombre et désabusée,
puis les même pièces seront regardées avec un humour teinté d'espérance.
C'est au juste milieu que se trouve la lutte.

vendredi 29 novembre à 19h 
Rudérale
Lecture / session de tatouage / live de I Apologize Redux
(Gauthier Tassart & Jean-Luc Verna)
Lydie Jean-Dit-Pannel lors d'une lecture de ses textes de voyage et de lutte,
ponctués de live de I Apologize Redux,
se fera encrer son 47éme papillon monarque par Jimmy de Big Bad Wolf Tattoo (Malakoff).




samedi 7 décembre à 16h 
Le mix des oiseaux
 A l'instar de l'oiseau lyre qui chante la déforestation de son habitat naturel en imitant le bruit des tronçonneuses, Lydie Jean-Dit-Pannel et Gauthier Tassart tentent de réenchanter le monde, armés d'un set-up electro et de leur phonographie de chants d'oiseaux.




*

22 octobre - 1 décembre 2019
Exposition collective
LES NAUFRAGéS, ELDORADO
Centre culturel, rue des arts, 27780 Comines, Belgique




*

26 avril 2019
Ouverture du festival INTERSTICE 14 à Caen 

le Mix des Oiseaux

avec Gauthier Tassart



*

Lignes de vies - Une exposition de légendes
Exposition collective
MAC VAL
du 30 mars au 25 août 2019



*

Mercredi 20 février 

le Mix des Oiseaux

un ré-enchantement de l'exposition La fin des jours
au Musée des Beaux-Arts de Dole.
Avec Gauthier Tassart



*

18 janvier - 30 mars 2019
Exposition

Entertainment 

Artothèque de Caen



*

30 novembre 2018 - 24 février 2019
Exposition 

La fin des jours

Musée des Beaux-Arts de Dole
Commissariat Amélie Lavin & Lydie Jean-Dit-Pannel

Les œuvres de la collection du musée discutent avec le travail de Lydie Jean-Dit-Pannel.
Guests : Fanny Durand, Coline Jourdan, Héloïse Roueau, Gauthier Tassart




"En préambule de sa première exposition rétrospective, qui s’y tiendra en 2020,
Lydie Jean-Dit-Pannel s’immisce dans les réserves du Musée des Beaux-arts de Dole pour chercher les signes annonciateurs de la fin des temps. Aiguillée par Amélie Lavin, directrice du lieu, elle a patiemment passé en revue l’inventaire de ses collections à la recherche des œuvres qui illustreront son récit eschatologique, l’idée qu’elle se fait de l’achèvement du monde. Convaincue que ces œuvres dormantes, parfois abîmées par le temps, peuvent nous aider à appréhender notre présent comme notre avenir, elle les articule entre elles au sein d’une narration symbolique, décrivant le cycle de la nature et son funeste dérèglement par l’humanité. Le parcours de l’exposition débute et se termine ainsi par les images d’une nature vierge, libre et sauvage, entre lesquelles la fresque des exactions humaines - des destructions liées à la guerre à l’exploitation industrielle du vivant - matérialise les causes et les formes d’une possible apocalypse. 

Les œuvres trouvées dans les collections du musée sont ici mises en regard avec celles de l’artiste et de ses invité.e.s de manière à en actualiser la lecture. Lydie Jean-Dit-Pannel a en effet souhaité s’entourer de jeunes plasticiennes (Fanny Durand, Coline Jourdan, Héloïse Roueau), posant au passage l’hypothèse d’un sursaut de conscience spécifiquement féminin, et de son complice Gauthier Tassart, avec qui elle poursuit une collaboration autour des chants d’oiseaux. Le dialogue qui s’installe renvoie alors dos-à-dos l’imaginaire naturaliste des peintures anciennes, hérité d’un passé où la crise écologique n’était pas encore d’actualité, et les représentations critiques du contemporain, expressions sensibles d’une menace qui se fait chaque jour plus concrète. Il en va alors de la responsabilité de l’artiste comme de son devoir de citoyenne : la vision lucide du danger ne saurait autoriser la moindre indifférence.

« La Fin des jours » reprend donc sous la forme d’un commissariat les thèmes fondamentaux de la recherche de Lydie Jean-Dit-Pannel qui crée comme on crie, pour lancer des alertes, exprimer sa colère ou partager ses espoirs. Son œuvre prolifique — rassemblant vidéos, photographies, performances, sculptures, installations et écrits — donne forme à une mythologie personnelle mise au service d’un engagement écologique appuyé, soucieux de restaurer le lien de l’homme à son milieu d’origine. Sous les traits de Psyché, maîtresse malheureuse d’Eros, entourée de ses armées de papillons monarques, de rois gorilles et de pâquerettes guerrières, elle parcourt le monde pour dresser le constat des blessures infligées à la terre. Les pérégrinations de cette héroïne bafouée, qui réalise la synthèse de l’idéal romantique et de la désillusion punk, sensibilisent ainsi à la précarité d’un monde désormais en sursis. Sans céder à un déclinisme stérile, ni fermer les yeux face à cette situation d’urgence, Lydie Jean-Dit-Pannel invite ici le public à contempler le spectacle de la fin des jours comme on regarderait un coucher de soleil, projetant par-delà la vision du crépuscule la promesse d’un éternel retour. "


Florian Gaité


Article sur l'exposition par Guillaume Lasserre :


*

20 octobre - 24 novembre 2018
L'installation Mes Rois présentée à L'isolée.



*

Octobre 2018
Les textes de mes errances atomiques sont publiés dans la revue
Inter, art actuel (Québec)
dans le numéro Apocalypse.





*

Nouvelle série photographique en cours de réalisation.
Animaux en voie de disparition sur cellule de films super 8 malades (maladie du vinaigre).




*

En cours de réalisation, la pièce murale La fin des jours.

Pour cette prochaine installation, j’ai besoin de votre contribution.
L’installation sera composée de 1825 cartes postales de coucher de soleil (vue unique, sans marges blanches). Si chacun d’entre vous m’envoie une carte postale crépusculaire de son site de vie, de vacances, de travail, il me sera possible de travailler cette accumulation.
Au plaisir de vos envois au 5A rue Brulard 21000 Dijon.
(Le nom de chaque participant figurera sur le cartel de la pièce.)



*

Les sérigraphies NO SURRENDER et ALIVE.
entrent dans les collections de l'Artothèque de Caen
aux côtés de 2 de mes photos dont l'hommage à Joël Hubaut
et d'une de mes affiches.



*

Tatouage Magazine Mai / Juin 2018.



*

On parle de mon travail dans le numéro de "Bref", spécial mai 68.



*

Nowhere diffusé au Festival International d'art Vidéo de Casablanca du 24 au 28 avril.



*

Une nouvelle sérigraphie est arrivée !
(commande par mail)

ALIVE.
Sérigraphie trois couleurs sur Fabriano Rosaspina
70 x 50 cm, tirage à 40 exemplaires numérotés et signés
Lydie Jean-Dit-Pannel, La Belle Epoque 2018




*

AD INFINITUM.

mention spéciale du jury du prix Vidéoformes 2018. 



*

Sortie du catalogue de la collection du Frac Normandie Caen. 
Ma pièce Tout va bien (A Tribute to Wolf Vostell) fait partie de cette collection.



*

Exposition I am what I am (sur une proposition de Julie Crenn)
ICI.GALLERY, Paris 
Exposition du 8 février au 17 mars 2018

Un autoportrait est une manifestation politique de l’artiste
qui se rend présent.e face à nos yeux. 
Julie Crenn (2017)

Artistes proposés :
Soufiane ABABRI – Lahouari Mohammed BAKIR – Virginie BARRÉ – Joachim BIEHLER – Julian BURGOS – Coraline DE CHIARA – Guillaume CONSTANTIN – Bady DALLOUL – Gaston DAMAG – Aurélie DE HEIN- ZELIN – Mathilde DENIZE – Damien DEROUBAIX – Hervé DI ROSA – Noël DOLLA – Léo DORFNER – Edi DUBIEN – Charlotte EL MOUSSAED – Esther FERRER – Thierry FONTAINE – Pélagie GBAGUIDI – Rohan GRAEFFLY – Charles HASCOËT – Stéphanie HOAREAU – Anne HOREL – Lydie JEAN-DIT-PANNEL – Carlos KUSNIR – Arnaud LABELLE ROJOUX – Matthieu LAURETTE – Natacha LESUEUR – Claude LÉVÊQUE – Pascal LIÈVRE – Michèle MAGEMA – Gabrielle MANGLOU –Roberta MARRERO – Philippe MAYAUX – Myriam MECHITA – Fabien MÉRELLE – Marie-Claire MESSOUMA MANLANBIEN – Marlène MOCQUET – ORLAN et Virgile NOVARINA – Cécile PARIS – Françoise PÉTROVITCH – Raphaëlle RICOL – Damien ROUXEL – SMITH – Apolonia SOKOL – Michèle SYLVANDER – Abel TECHER – Agnès THURNAUER – Delphine TROUCHE – Erwan VENN – Amina ZOUBIR.



*

Exposition White Blood, Blue Night
2 nouvelles pièces dans cette exposition collective autour des sorcières
(commissariat Julie Crenn) :
Mes Rois et Nos dernières chances.
Centre d'Art Contemporain La Traverse, Alfortville 
du 18 janvier au 3 mars 2018

L’exposition WHITE BLOOD, BLUE NIGHT est envisagée comme un cercle magique à l’intérieur duquel sont présentées les œuvres d’artistes qui participent chacun à leur manière d'une résistance liée au soin, à la spiritualité, aux corps, à l’écologie, au politique,
au féminisme…

Artistes :
Martine Aballéa • Giulia Andreani • Raymonde Arcier • Béatrice Cussol • Camille Ducellier • Vidya Gastaldon • Mélanie Lecointe • Pascal Lièvre • Lydie Jean-Dit-Pannel • Myriam Mechita • Myriam Mihindou • Elena Moaty • Agathe Pitié • Stefan Rinck • Buhlebezwe Siwani • Skall • Sarah Trouche • Floryan Varennes • Adrien Vermont • Jean-Luc Verna


*

AD INFINITUM.

le film de mon Road trip atomique en France
est distribué par Le Vidéographe à Montréal,
le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir à Paris
et Heure Exquise ! Distribution.

Prochaines diffusions :
Jeudi 25 janvier au cinéma Devosge à Dijon,
puis en compétition au festival Vidéoformes à Clermont-Ferrand du 14 au 17 mars 2018.



*

Diffusion de Nowhere.
Aux 30e Instants Vidéo de Marseille 2017


(Extrait du texte de Jean Paul Fargier
Papales, Fatales, Normales Vidéos (aux Instants Poétiques de Marseille)
paru dans la revue Turbulences Vidéo n°98)


*

Article dans Le Monde du 18 août 2017


*

Diffusion Atomique.

Julie Bertuccelli, présidente de la Scam et Heure Exquise !
ont le plaisir de vous inviter à la projection de trois films de Lydie Jean-Dit-Pannel.
Lundi 25 septembre à 19h
SCAM, 5 avenue Velasquez, 75008 Paris


Puis, diffusion de AD INFINITUM.
au Palais des Beaux-Arts de Lille le 31 octobre 2017.

*

Encore vivants.
Performance pour Les intrus # 4 : Les Rudérales.
Maison des Arts de Malakoff
1 juillet 2017 à partir de 14h30

Performance pour 18 mannequins de réanimation et une performeuse.
Commissariat Florian Gaité


Le programme « les Intrus » prend à nouveau ses quartiers d’été à la Maison des arts,
centre d’art contemporain de Malakoff, une bâtisse au style néoclassique, devenu lui-même une anomalie paysagère dans un espace urbain bétonné. A l’initiative de sa directrice, le centre d’art accueille une programmation entièrement dédiée aux arts vivants, faisant de ces invités les intrus éphémères d’un espace ordinairement dédié aux arts plastiques.
Inspirée par la lecture de L’Intrus de Jean-Luc Nancy, le récit de la greffe du coeur subie par le philosophe, la thématique cherche à rendre compte du sentiment d’étrangeté du corps en acte, lui-même envahi, occupé, hanté par les sujets qu’il performe. Corps étranger ou corps habité, la programmation expérimente ces rapports à l’espace vide en passe d’être occupé.
A une époque où l’intrusion généralisée génère sentiments d’alerte et fantasmes liés à l’invasion d’un territoire ou d’une intimité, la proposition questionne le centre d’art entre lieu d’hospitalité et habitat à coloniser.

Les intrus # 4 : Les Rudérales. (Danse/performance)
Menée au coeur de l’exposition en cours à la maison des arts, centre d’art contemporain de Malakoff, cette résidence propose une fin ouverte au cycle « Les intrus ».
Elle prend pour insigne les rudérales, ces plantes qui poussent sur les débris, les ruines et les déchets. Intruses d’un monde civilisé rendu à son état naturel, elles sont ici les métaphores d’une communauté féminine survivante ou résiliente.
La performeuse Lydie Jean-Dit-Pannel installe ainsi un climat d’urgence à travers la vaine réanimation de mannequins, sensibilisant à la menace écologique sur le mode d’une farce désespérée, quand David Drouard convie six danseuses contemporaines et une musicienne
(violon amplifié) à réinterpréter sa vision du Sacre du printemps, repensée à l’heure de l’anthropocène.




*

Première de AD INFINITUM.

le film de mon road trip atomique en France.
Forum des images, Paris
13 juin 2017, 21h

Programmation Centre Audiovisuel Simone de Beauvoir
en partenariat avec le Forum des images et la Mairie de Paris.

La projection du film sera suivie d'une discussion,
en présence de Eliott Gualdi qui signe la musique originale du film,
et de Yannick Rousselet, conseiller technique.


AD INFINITUM.

35 minutes, 2017
Images / montage / réalisation : Lydie Jean-Dit-Pannel
Musique originale : Eliott Gualdi
Création sonore additionnelle : Gauthier Tassart
Conseiller technique : Yannick Rousselet

"Aventurière solitaire, amoureuse blessée et guerrière survivante,
Psyché s’est imposée comme l’alter-ego artistique de Lydie Jean-Dit-Pannel.
A travers cette héroïne, dans le sillon de la figure du papillon Monarque
qui lui a d’abord servi d’emblème,
la plasticienne et réalisatrice dit son désir d’amour et de voyage,
comme sa déception face à une humanité qui court à sa perte,
exposée au danger mortel du nucléaire. 
Pour le film & a Fade to Grey (2014),
elle est allée au bout du monde à la recherche des lieux de l'histoire marqués par l'atome. Hiroshima, la région de Fukushima, Tchernobyl, le Nevada test Site,
Los Alamos, le White Sands missile Range…
Mais jamais elle n'a pu oublier que qu'elle vivait en France.
La France et ses 58 réacteurs, la France et ses sites de stockage,
la France et ses installations nucléaires militaires,
la France et ses sites de démantèlement, la France et ses déchets.
La France pays le plus nucléarisé au monde. 
Elle a pris seule la route un tout petit matin de septembre 2015.
Ad Infinitum.
6 mois, 10 141 kilomètres, 37 sites nucléaires."


*

A l'occasion de la première de AD INFINITUM.,
édition d'une série de badges
NO SURRENDER
(commandes possibles par mail)




*

Nowhere

 présenté au Montreal Underground Film Festival
dans le programme Retour Cosmique / Cosmic Feedback.
Mai 2017



*

Rudérale.
Exposition personnelle
Galerie La poussière dans l'œil, Villeneuve d'Ascq
Du 21 janvier au 4 mars 2017


A l'occasion de l'exposition, édition d'une série de badges Psyché s'abandonne.


et de
 NO SURRENDER
Sérigraphie deux couleurs sur Fabriano Rosaspina
70 x 50 cm, tirage à 40 exemplaires numérotés et signés

(commandes possibles par mail)



*

15 mars 2017, 18h
Ad Infinitum
Conférence de Lydie Jean-Dit-Pannel
Ecole européenne supérieure de l'image, Poitiers
+
16 mars 2017, 20h
Avant première du film Ad Infinitum
Cinéma Le Dietrich, Poitiers


*

L'escarpolette atomique
dans l'exposition
Digérer le monde
(commissariat Julie Crenn)
Musée d'art contemporain de Rochechouart
Février / juin 2017



*

Chambre à louer
(L'intimité du monde)
dans l'exposition
En toute modestie
(commissariat Julie Crenn)
MIAM, Sète
Du 4 février au 17 septembre 2017


*

Un nouveaux spécimen a été ajouté à la Collection le 20 décembre 2016 :
 NAPLES par Marco Pépé.



*
21 octobre 2016
Diffusion de & A Fade to Grey
Nau Bostik, Barcelone




*

L'exposition What A Wonderful World (& i think to myself)
se prolonge jusqu'au 25 septembre au centre d'art Faux Mouvement à Metz.

Samedi 10 septembre de 15h à 20h,

MIX ATOMIC

Une manœuvre musicale de Lydie Jean-Dit-Pannel et Gauthier Tassart.



*

Deux nouveaux spécimen ont été ajouté à la Collection les 22 juin et 22 juillet 2016 :
Psyché à LIEGE (par Léa Nahon) et un Spoutnick à MOSCOU.



*

What A Wonderful World
(and I think to myself)

Exposition solo au Centre d'art Faux Mouvement, Metz
Exposition du 30 avril au 10 septembre 2016.

Présentation en avant première de la série de photographies 14 secondes



Samedi 21 mai 2016, 14h
Lydie Jean-Dit-Pannel : L'insurrection de Psyché 
Discussion / Conférence de Lydie Jean-Dit-Pannel et Florian Gaité
Dans le cadre de la Nuit des Musées
Centre Pompidou-Metz
Auditorium Wendel

"Aventurière solitaire, amoureuse blessée et guerrière survivante, Psyché s’est imposée comme l’alter-ego artistique de Lydie Jean-Dit-Pannel. A travers cette héroïne, dans le sillon de la figure du papillon Monarque qui lui a d’abord servi d’emblème, la plasticienne dit son désir d’amour et de voyage, comme sa déception face à une humanité qui court à sa perte, exposée au danger mortel du nucléaire. Florian Gaité, critique d’art et docteur en philosophie, a noué un dialogue avec l’artiste autour de la question des mythologies contemporaines, comme des enjeux écologiques et politiques de son travail. Ensemble, ils reviennent sur la construction de cette légende personnelle et ses résonances actuelles, retracent les errances de Lydie-Jean-Dit-Pannel à travers les paysages toxiques de la planète et s’interrogent sur la nécessité de montrer pour alerter. La discussion sera illustrée par de nombreuses photographies et vidéos de l’artiste."


A propos de l'exposition, texte de Florian Gaité pour Inferno Magazine, à lire ici :
https://inferno-magazine.com/2016/06/01/lydie-jean-dit-pannel-what-a-wonderful-world-faux-mouvement-metz/


*


Dimanche 3 juillet 2016 à 19h
Conférence / Projection ALIVE.
au Forum des Images, Paris
dans le cadre du cycle "La peau"


*

& a Fade to Grey en compétition au
Festival International du Film Environnemental de Conakry
du 22 au 24 mars 2016

*

Une série de 100 nouveaux badges ALIVE. vient de sortir.



*

12 et 13 janvier 2016
Diffusion du film journal Le Panlogon lors du colloque Cartographie de la mémoire
et de la vidéo Cela avait commencé par un accident
dans l'exposition Géographies mouvantes
Université royale des Beaux-Arts, Centre Bophana, Phnom Penh, Cambodge

*

Un nouveau spécimen à été ajouté à la Collection après les attentats du 13 novembre :
PARIS par Karl Marc.




*

Du 18 septembre 2015 au 31 janvier 2016
participation à l'exposition 
"Fukushima mon Amour"
18 bis bld Voltaire, Paris (M° Oberkampf)

Rencontre et discussion autour du film "& a Fade to Grey
Vendredi 11 décembre à 19h.




*

En tournage pour une année, 
l'Opus 2 de la vidéo "& a Fade to Grey".


*
"& A Fade to Grey"
 sélectionné
au festival Invideo 2015 de Milan, 
aux 28èmes Instants Vidéo de Marseille, 
au 16th Annual Planet in Focus Environmental Film Festival de Toronto,
au 12ème Festival de films pour l'environnement (FFPE) de Portneuf, Québec. 



*

En cours de réalisation par Le Vidéographe, la vidéo documentaire
Dans le bruissement de Lydie Jean-Dit-Pannel
à propos de l'exposition rétrospective multi-sites
Lydie Jean-Dit-Pannel : 10 ans dans le bruissement du monarque
Montréal hiver 2014-2015
(Insectarium, Cinémathèque québécoise, Espace Cercle Carré, Le Vidéographe)



*
Nouvelle vidéo : LIBRE.
tournée en juillet 2015 à Portmeirion.



*
Texte de Florian Gaité dans la revue BRANDED. 
"Lydie Jean-Dit-Pannel : L'insurrection de Psyché" 



*
Nouvelle photographie "Mille Seize"
réalisée en collaboration avec Stef Bloch
Juin 2015


Making of :

Cela avait été visuel mais déjà l'odeur était arrivée. Foudroyante. Elle mit la main à sa bouche et respira dans le col de sa veste le parfum léger de sa peau pour ne pas vomir. Tourner la tête, vite. Et se remettre à marcher. C'était très gros. Dans l'herbe verte. L'odeur ne voulait plus quitter son nez. C'est au retour qu'elle avait eu l'idée. Les mouches par centaines faisaient la bande sonore, mais c'est une photographie qu'elle décida de faire. Elle était pour quelques jours dans une session d'écriture avec des amis à la campagne. Ils se retrouvaient en fin d'après-midi pour travailler en commun. La journée, chacun s'occupait de ses démons. La maison était silencieuse, sans connexion internet. Ils s'étaient répartis dans les quinze pièces de la bâtisse. Elle quitta son ordinateur et partit faire une marche en direction de la forêt. Le ciel était lourd, les oiseaux chantaient avec ardeur, des milliers de graines de pissenlit flottaient délicatement dans les airs. Elle avait commencé son séjour par une longue insomnie contemplant l'aube avec des yeux secs. C'est au bout du chemin après le petit pont en métal vert, qu'elle était tombée nez à nez avec le corps mort énorme. De retour à la grande maison, elle ne pu faire autrement que de raconter à ses amis la vache morte. Dans la cuisine devant l'immense cheminée, ils préparaient un chili végétarien. Cela sentait bon le poivron au four. Ils eurent curieusement tous envie de voir aussi la vache. Ils garèrent la voiture dans l'herbe juste à côté du cadavre. Ses amis dire ah oui quand même. La vache avait le visage enfoui dans l'herbe. Heureusement on ne voyait pas ses yeux. Les paupières étaient closes comme dans un sommeil tranquille. Elle était très enflée, ses pattes se tendaient vers le ciel. Le photographe décida du meilleur moment pour la lumière et elle s'allongea dans l'herbe à côté de la vache. Elle retint sa respiration, ne regarda rien et colla son corps à la mort. Ils avaient convenus qu'elle poserait son bras au dernier moment sur la charogne. L'instant du contact la terrifiait. Détends toi, relâche ton bras, vas-y, pose le, je vais shooter. Elle enlaça l'animal. Juste gênée par les mouches qui se posaient sur son corps, elle avait fini par tout oublier. Non, le poids de son bras sur le muscle et la peau en putréfaction ne ferait pas s'ouvrir le cadavre plein de vermine. Non, il ne pouvait rien arriver de plus. Elle se détendit. Tout devint normal. Une légère tristesse s'installa. Elle éprouva de l'empathie. Elle mit la chaudière en marche et prit un bain brulant. L'ami qui lui prêtait la maison était tombé sur une fin de stock de baignoires pour obèses. Elle se lava longtemps et prit ses aises dans l'eau. La nuit n'avait qu'à venir. 

Plus tard, lorsque la photographie fût montrée pour la première fois, dans l'exposition "L'expédition", le cartel de l'image disait : 

"Psyché, le personnage adopté par Lydie Jean-Dit-Pannel s'allonge par fatigue et compassion contre les flans d'une vache morte, refusant de continuer à lutter contre les folies humaines et décidée à disparaitre avec l'animal. Par cette provocation tendre, désabusée et poétique, l'artiste nous invite à réagir enfin aux excès de la production industrielle du vivant."

Sa vue avait terriblement baissée ces derniers mois. Sans ses lunettes, elle ne pouvait plus voir la forme de la menthe sur les fraises au sucre. 


*
Edition en 25 exemplaires numérotés signés du t-shirt
"Born Like This, Born Into This"
(d'après un texte de Charles Bukowski et un tatouage de Yann Black)

Les Ateliers Vortex ont invité des artistes à imaginer des visuels de tee-shirt
dans la démarche de création de multiples d'artistes.
Les tee-shirts sont sérigraphiés à la main aux ateliers ;
ils sont labelisés Fair Trade & coton bio.
Edition limité de 25 exemplaires homme et femme de différentes tailles. 
Prix de vente de 35€


*

En cours de réalisation, "Vanité 2"
"Vanité", 86 45 tours "Ashes to Ashes" David Bowie.
"Vanité 2", 45 tours "Atomic" Blondie.


*
La photographie Love Streams
image phare de l'exposition DIJON, ANIMALE. en 2013 
en couverture de la revue Chimères, fondée par Gilles Deleuze et Felix Guattari.
Chimères N° 81 Bêt(is)es - Entre Derrida, Deleuze-Guattari et Sloterdijk
février 2014
(4 pages sur le travail à l'intérieur)



*
Portrait / ITW A tire d'ailes dans le magazine web Boum ! Bang !



*
Une série de 25 cartes postales a été éditée pour les 10 ans du Panlogon
avec le soutien de la ville de Clichy. 


 LA BOITE NOIRE PANLOGON.
Edition 10 exemplaires numérotés et signés + 1 EA.



La boîte contient :
Une série de 25 cartes postales éditée à l'occasion des 10 ans
du work in progress vidéo Le Panlogon.
Une photographie originale :
LOVE STREAMS tirée en 10 exemplaires numérotés et signés.
Un badge ALIVE et une carte de visite Ashes to Ashes.